Ici les enfants bossent. Les parents préfèrent acheter leur alcool plutôt que d’envoyer leurs enfants à l’école. C’est qu’à la vérité il n’y a pas de solidarité entre les africains. Là où j’étais en tout cas. Ici c’est l’individualisme qui prime au mépris de la nouvelle génération. Les « vieux » villageois n’éprouvent aucune compassion, même à l’égard de leurs progénitures. Assis sur leurs chaises et fiers de la posture condescendante qu’ils adoptent, ils se contentent de commander la boisson et la nourriture que les femmes et les enfants apportent sans broncher. Malgré tout, le sourire ne quitte jamais ces enfants esseulés.

Avatar
Posted by:Antonin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *